Archive for the Music Category

Η πολύ δουλειά τρώει τον αφέντη, Jack…

Posted in Animation - Anime, Music on 14 Απριλίου, 2010 by Le grand écrivain

———————

Συνέχεια

Sadahzinia, Δε θέλω να γλιτώσω από τα όμορφα…

Posted in Music on 17 Μαρτίου, 2010 by Le grand écrivain

SADAHZINIA

————————————

—————

Δε θέλω να γλιτώσω από τα όμορφα

—————-

Πως να σου πω για αυτές τις σκέψεις που σταθήκαν στο μυαλό μου,
θρονιαστήκαν και φωτίσανε για λίγο τ’ όνειρό μου
κι οι στιγμές χορέψανε μπροστά μου σα σκιές·
άλλες ανήκαν εδώ κι άλλες χανόντουσαν στο χτες.
Σκορπισμένες όλες στης ζωής το βιβλίο
κι οι σελίδες οι θαμπές, τσακισμένες στα δύο
να μου θυμίζουν ότι κάπου στα παλιά τα μονοπάτια
είναι της μνήμης μου τα πιο όμορφα κομμάτια·
αγαπημένα σαν όργανα παλιά ξεκουρδισμένα,
μακριά από μένα, περασμένα ξεχασμένα,
ξεμακραίνουν λίγο- λίγο μ’ ένα χρόνο σακάτη
κι έτσι φουντώνει του πόνου το γινάτι.
Ίσως μεγάλωσα και κάπως παραπάνω
και στην ανάγκη να πάψω και το κέφι μου να κάνω,
μα θα μικρύνω και θα σβήνω τη χαρά μου
κι αυτά τα ωραία που κυλήσανε μπροστά μου.
Γι’ αυτό γυρίζω στα παλιά να ξεδιψάσω·
οι στιγμές μου μ’ αφήνουνε παρέα να ξαποστάσω
και λιγώνουν τη ψυχή μου κάθε τόσο.
Από τα όμορφα δε θέλω να γλιτώσω.

Δε θέλω να γλιτώσω από τα όμορφα,
γιατί εκείνα την ασκήμια μου σκεπάζουν
κι όταν φοβάμαι τα πιο μεγάλα ψέμματα,
μακάρι πάντα να μου τάζουν.
Δε θέλω να γλιτώσω από τα όμορφα,
ούτε για λίγο σου λέω να τ’ αποφύγω.
Τα φτιάχνω θύμηση και τα ντύνω όνειρα
και μες στη σκέψη μου τα πνίγω.

Είναι τα όμορφα με τ’ άσχημα μπλεγμένα,
πάνω στης μοίρας τα παραμύθια κεντημένα,
ξαναμμένα με τραβάνε στο χορό τους το τρελό·
ψάχνω τα βήματα να βρω και χάνω το ρυθμό.
Μα όταν με πιάσουνε τα όμορφα απ’ το χέρι
με ταξιδεύουνε στου ήλιου το κρυμμένο μου αστέρι
και μου ανοίγουν τη ψυχή να τραγουδήσω,
με τη βροχή του κόσμου να νυχτοπερπατήσω.
Όμως, δε ξέρω αν πρέπει να μείνω ή να φύγω,
αφού τα όμορφα κι αυτά κρατάνε λίγο
και μένει ο φόβος στη ζωή συνοδοιπόρος
σε κάθε ανάσα, κάθε σκέψη απαράβατος όρος.
Κι ενώ το ψέμα κι εγώ είμαστε πράματα χώρια
να με γλιτώσει θέλω, όταν φοβάμαι, από τα ζόρια.
Μικρό το κακό, αφού τουλάχιστον θα ζήσω,
τις κλεμμένες στιγμές για λίγο όνειρα θα ντύσω.
Ας λένε πως τα δύσκολά θεριεύουν τη ψυχή,
είναι ο πόνος όμως, στιχοπαιδεύτρα ευχή.
Μη με αφήσεις εδώ πέρα να στοιχειώσω,
από τα όμορφα δε θέλω να γλιτώσω.

Συνέχεια

Η ΤΕΧΝΗ ΓΕΝΝΙΕΤΑΙ ΣΤΟΥΣ ΔΡΟΜΟΥΣ…

Posted in Music on 10 Μαρτίου, 2010 by Le grand écrivain

… ΜΙΚΡΟ ΑΦΙΕΡΩΜΑ ΣΤΟ 93


——————————–

Tout le monde veut s’allumer tout le monde veu se la metre
c’est la fin des haricots ya plus d’lové 93 HARDCORE
Levez les bra si vous etes forts ma balnieue nord veut des gros sous
Pourtant nos mais sont dans la boue
tout le monde veut s’allumer tout le monde veu se la metre
c’est la fin des haricots ya plus d’lové 93 HARDCORE
Levez les bra si vous etes forts

————————————————————————————————

Dans mon 93 gro, on est trop dans le diese
Quand on baise c’est des putes a 100 feuilles pas nos 5 doigts
Departement du bon-char
Nous on veut s’en mettre plein les fouilles
Mais petit j’te l’ai dit 100 fois personne est sans failles
Lucifere t’es trop bonne vien qu’on s’envoie en l’air
Infidele, madame misere est trop frele et beaucoup trop laide
Faut qu’on s’entraide faut du profit
Frolo pour qu’on reste au beau fixe
Fautrai moins d’flingues et plus de fric
Carséral vécu chez nous ya pas d’sécu
Rien quon nous persécute
Mais tu vas perdre face a belzebut
Si t’a fais de belles etudes
C’est mieu qu’une grosse peine sais tu
que faire du bitume
C’est voir des freres qui s’entube ou qui s’entretuent
Enculé moi j’ai grillé ton plan macabre
Plus de jeunes a la morgue ca fait moins de jeunes a la barre
La vie qu’jai tu la connais par coeur vu qu’c’est partou la meme
J’baiserai la france jusqua c’quelle m’aime
Meme condamné on sort en condi
On trouve des combines
On est combien a vouloir compter des sse-lia par centaines
Nos vies sans paix et trop d’peine
Vas y garde la peche
Trop d’peres en babouche regardent leur fils tomber a Boboche
Les poches vides on abbat les traitres
On bat les cartes de nos vies en bas d’la tess
SEINE ST DENIS FALLAI PAS TEST
Ya des cadavres devant les bars
Et des geuch un peu tou-par
Tu flipes mais c’est mon 93 tout ca
C’est des mecs morts sou des becs a nourir sans un incompete
Les dek sont vraiment sans respet
Mais j’emmerde les teur-inspect
Ici personne est vierge comme nos casiers judiciaires
Imbecile tu fais qu’une mere décue quand tu niques la justice
Gros la rue n’est qu’un cerceuil ambulant
Il sufit d’un coup de feu pour quon appelle l’ambulance
Ouragan de violence pour un peu d’opulence
Je n’en peu plus
Me dit pas ou tu planques ton cofre ou jte sortirais mon gun

———————————————————————————————————-

tout le monde veut s’allumer tout le monde veu se la metre
c’est la fin des haricots ya plus d’lové 93 HARDCORE
Levez les bra si vous etes forts ma balnieue nord veut des gros sous
Pourtant nos mais sont dans la boue
tout le monde veut s’allumer tout le monde veu se la metre
c’est la fin des haricots ya plus d’lové 93 HARDCORE
Levez les bra si vous etes forts

—————————————————————————————–

Dans mon 93 rien qu’ca marque a la testosterone
Alé viens gouter au serum si tu débines on t’derobe
Si tu rechigne protege ton sternum
On est tous des hommes et tu pouras rien y faire
J’viens d’la ou si t’es faible c’est a coup de barres de fer
Quon traine paranoyaque juvenil
On s’endurcie parmis les impulsifs
On prend pas de racourcis
Vu quils peuvent reduir ton esperance de vie
On reve tous de tirer a 40 milions d’dollars
Et pouf cooperatrice qui aura surement pas son mot a dire
Alors pour y parvenir tous les moyens sont bons
Dans cette cource au bifton faut pas ralentir
Avant qu’tu puisses un jour t’ammortir
T’imagines bien qu’dans mon 9-3 on sait y faire
Qu’ce soit dans l’sport ou l’ter-ter
Dit toi bien qu’on T’NIQUE TA MERE
On est tous fiers en bas d’nos tours
Mais c’batard veut nous foutre au trou
Maintenant comment son p’tit va pe-cho son bout
On est pertinament concient d’touts nos echecs scolaires
Mais tout serai different si la sorbone serai domicilée a Auber’
Mais non putain d’merde tu voulais m’la metre a long terme
Viens faire un tour dans mon 9-3 si tu l’aimes tellement
La ou les montagnes de coke viennent droit de la colombie
La ou les zombis sont plus presents qu’en Haiti
Elle est hardcore cette vie
Mais j’laime a mort cette pute
Peux tu t’permetre d’etre abatu sans qu’tai fait une tune
A mort la vertue
En temps qu’vacateur et acteur actif de mes déboirs
J’ai eu trop peur quil ai fallu qu’jme mette a boire
Toujours pas disque d’or mais toujours trop d’choses a dire
Trop d’choses a fuir
Que j’dort meme plus quand j’dort
T’as vu dans mon département c’est comme partout
Ya des fils qui virent mal et des filles qui finissent dans des boites a partouses
Heuresement qu’c’est pas general ya aussi des gens qui taffe
des ptits freres qui metent des baffes au bac
et des noich’ qui taff au black
93 hardcore levez les bras si vous etes forts
c’est pour ceux qui ecoutent aux portes et ceux qui mangent pas d’porc

——————————————————————————————————————-

tout le monde veut s’allumer tout le monde veu se la metre
c’est la fin des haricots ya plus d’lové 93 HARDCORE
Levez les bra si vous etes forts ma balnieue nord veut des gros sous
Pourtant nos mais sont dans la boue
tout le monde veut s’allumer tout le monde veu se la metre
c’est la fin des haricots ya plus d’lové 93 HARDCORE
Levez les bra si vous etes forts

——————————

Συνέχεια

Χωρίς σχόλια

Posted in Επικαιρότητα, Music on 24 Φεβρουαρίου, 2010 by Le grand écrivain

βoya trio

Posted in Animation - Anime, Music on 22 Ιανουαρίου, 2010 by Le grand écrivain

***

***

Η σελίδα των βoya στο myspace:

http://www.myspace.com/boyatrio

Active Member

Posted in Music on 17 Νοεμβρίου, 2009 by Le grand écrivain

ACTIVE MEMBER

ΠΟΥ ΕΙΣΑΙ;

Φαγώθηκε η σκέψη το μυαλό μου να λυγίσει
αχούρι χρόνων βάλθηκε τώρα να συγυρίσει
πολλά ήτανε για πέταμα κι άλλα τα ‘χα ξεχάσει
κι άλλα πάνω στη φούρια μου μπροστά είχα αραδιάσει
Ταξίδι πολυτάραχο σε μέρος κακορίζικο
δε πρόλαβα να νιώσω κάτι αφύσικο
και σκόνταψα ξανά πάνω στα χούγια σου
ζαβό απάντημα το ζήταγε η καρδούλα σου
Ξερακιανές εποχές μ’ άδεια χέρια επισκέψεις
όμως για ζήτημα τιμής βρίσκομαι εδώ να το πιστέψεις
«τιμή» κάτσε καλά! άγνωστη λέξη ξενική
από μια βρόμικη γλώσσα που ξεχάσαν μερικοί – μερικοί
εγώ ήρθα όμως για ένα παλιό μου καπρίτσιο
να ‘δω που βρίσκεσαι, που είσαι το ‘χω βίτσιο
Μήπως κρύβεσαι στου δάσκαλου τη βέργα;
Μήπως βλογάς με πετραχήλια, ημέρες και έργα;
Ή μήπως ψάχνεις πάλι ταίρι για τις χειροπέδες
ένα χέρι ξεπλυμένο από παλιούς λεκέδες
Μήπως πίσω από τα γράμματα είσαι τα κεφαλαία
χειροκροτάς, παίζεις κι ανοίγεις την αυλαία;
Μήπως είσαι ο περίφημος αγώνας με ζιβάγκο
ή προλετάριος με πολιτικό λουμπάγκο;
Είσαι τα «μάλιστα» , τα «Υes», και τα «όλα εντάξει»
σε ποια γωνιά του ουρανού έχεις αράξει;

Που είσαι τώρα που σε ζητάνε οι καιροί
για το ζήλο και τη περίσσια σου γνώση
που είσαι τώρα που η εποχή συγχωρεί
και η περηφάνια παντού έχει ενδώσει;
Που είσαι τώρα; Σ’ αυτές τις μέρες χρωστάς
κοίτα να βρεις κάτι απ’ όσα έχεις τάξει
και τώρα που ‘σαι από τα σίγουρα κοιτάς
σε ποια γωνιά του ουρανού έχεις αράξει;

Έβαλα παραμάσχαλα αναμνήσεις και κιτάπια
άλλα τα πήρα γούσταρα και τσάμπα πήρα κάποια
άλλα με σπρώξανε ψηλά κι άλλα στη μιζέρια
παρέα με τα όμορφα έπαθα και χουνέρια
Γι’ αυτό ρωτάω να σε βρω στο πουθενά τριγύρω
χαμένο κέρδος μπορεί να ‘σαι σε μεγάλο τζίρο
Μπορεί να ‘σαι μια φούσκα κι ακριβή μετοχή
ή μιας πουτάνας η κρυφή χτεσινή ενοχή
Μπορεί να ‘σαι μια μυτιά δίπλα σε πλούσιο ρουθούνι
ή γκόμενα στην πασαρέλα με ψηλό τακούνι
Μπορεί να ‘σαι το εθνόσημο ενός καραβανά
μπορεί και να ‘σαι αντάρτης που πήρε τα βουνά
ή ένας γελοίος κόλακας σε βασιλιά επίγειο
που τη γυρτή καμπούρα του νομίζει καταφύγιο
Που να ‘σαι αυτές τις μέρες τις παρεξηγημένες
που οι κατάρες μοιάζουνε διαβολοσκορπισμένες
Μήπως σε φυλάνε απρόθυμοι και ξέστρατοι αγγέλοι
και σου βγάζουν το καλό με το τσιγκέλι;
Πότε δε πήρες το ρόλο που σου είχανε τάξει
Σε ποια γωνία του ουρανού έχεις αράξει;

 

Συνέχεια

KenY ArkanA

Posted in Music on 7 Οκτωβρίου, 2009 by Le grand écrivain

KENY ARKANA

la rage


Ok, on a la rage mais c’est pas celle qui fait baver,
Demande à Fabe, la vie claque comme une semelle sur les pavés
La rage de voir nos buts entravés, de vivre en travers,
la rage gravée depuis bien loin en arrière
La rage d’avoir grandi trop vite quand des adultes volent ton enfance.
PARS !! Imagine un mur et abolis la rage !
Car impossible est cette paix tant voulue,
La rage de voir autant de CRS armés dans nos rues.
La rage de voir ce putain de monde s’autodétruire
Et que ce soit toujours des innocents au centre des tirs,
La rage car c’est l’homme qui a créé chaque mur,
Se barricader de béton, aurait-il peur de la nature ?
La rage car il a oublié qu’il en faisait parti,
désharmonie profonde, mais dans quel monde la Colombe est partie ?
La rage d’être autant balafré par les putains de normes,
Et puis la rage, ouais la rage d’avoir la rage depuis qu’on est môme.

(Refrain )
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive,
La rage d’aller jusqu’au bout et là où veut bien nous mener la vie,
Parce qu’on a la rage, on pourra plus s’taire ni s’asseoir dorénavant on s’tiendra prêt parce qu’on a la rage, le coeur et la foi !
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive,
La rage d’aller jusqu’au bout au delà où veut bien nous mener la vie,
Parce qu’on a la rage, rien ne pourra plus nous arrêter, insoumis, sage, marginal, humaniste ou révolté !

La rage parce qu’on choisit rien et qu’on subit tout le temps
Et vu que leurs chances sont bancales et bien tout équilibre fout le camp
La rage car l’irréparable s’entasse depuis un bout de temps
La rage car qu’est ce qu’on attend pour s’mettre debout et foutre le boucan La rage c’est tout ce qu’ils nous laissent, t’façon tout ce qui nous reste,
La rage, combien des notres finiront par retourner leur veste !
La rage de vivre et de vivre l’instant présent, De choisir son futur libre et sans leurs grilles d’oppressants !
La rage, car c’est la merde et que ce monde y adhère, Et parce que tout leurs champs OGM stérilisent la Terre !
La rage pour qu’un jour l’engrenage soit brisé
Et la rage car trop lisent « Vérité » sur leur écran télévisé.
La rage car ce monde ne nous correspond pas, Nous nourrissent de faux rêves pour placer leur rempart La rage car ce monde ne nous correspond pas, Où Babylone s’engraisse pendant qu’on crève en bas !!

(Refrain)

La rage d’y croire et de faire en sorte que ça bouge, La rage d’un Chirac, d’un Sharon, d’un Tony Blair ou d’un Bush !
La rage car ce monde voit rouge mais de grisaille entouré Parce qu’ils n’entendent jamais les cris lorsque le sang coule
La rage car c’est le pire que nous frôlons,
La rage car l’Occident n’a toujours pas hôté sa tenue de colons !
La rage car le mal tape sans cesse trop
Et que ne sont plus mis au goût du jour tant de grands savoirs ancestraux
La rage, trop de mensonges et de secrets gardés les luttes de nos Etats, riche de vérité, pouvoir changer l’humanité La rage car ils ne veulent pas que ça change,hein Préférant garder leur pouvoir et nous manipuler comme leurs engins.
La rage car on croit aux anges et qu’on a choisit de marcher avec eux
La rage parce que mes propos dérangent
Vois aux quatre coins du globe, la rage du peuple en ébullition
La rage, ouais la rage ou l’essence de la révolution !

(Refrain x2)

Anticapitalistes, alter-mondialistes, ou toi qui cherche la vérité sur ce monde, la résistance de demain
(…in cha allah…) à la veille d’une révolution. Mondiale et spirituelle, la rage du peuple, la rabia del pueblo, parce qu’on a la rage, celle qui fera trembler tes normes. (…Parce qu’on a la rage…)
La rage a pris la populasse et la rage est énorme

 

J’viens de l’incendie

J’viens de l’incendie, donc excuse la tête brûlée

Rimes vagabondes en guise de calmant ou de remède, en clair, du vrai

Du poison dans la tête, une enfance dans l’errance

Libre dans la Marge, trop sauvage, pour rentrer dans les rangs

Fugues incessantes, foyets et centres de merde

Familles d’accueil, HP, mon stylo en tremble de nerfs

L’enfant part en guerre, la même que les parents craignent

Qu’on considère comme une merde, lorsqu’on la place en quarantaine!

Qu’on appelle cas social, mais on est plein, donc on est plus des cas

Bande de cons! on est plein, vous savez quoi, même? on craint plus dégun!!

Et ça missionne, dur comme la rage que mon crâne isole

Pour oublier qu’à 15 ans ils m’ont fait subir la camisole!

Quand le système veut ta peau, ok la guerre sonne!

Facile de piétiner ces mômes qui n’appartiennent à personne

Qu’on assomme à coup de cachets, pour avoir la paix

J’peux pas zapper! tu voulais qu’on la ferme?! moi, j’ai choisi de rapper!

J’oublie pas, qu’ils m’ont tout pris…

Qu’à 14 ans pour des fugues, j’ai vu ma mort derrière les murs de l’oubli

Cellule blindée, délabrée, si tu résistes t’as une piqûre dans l’baba

Là où les promenades n’existent pas…

Voudraient me voir caner, plus jamais on pourra m’calmer!

Rescapée de l’incendie avec cette sale envie de tout cramer!

Car ils ont fait de ma vie des cendres…

Marquée à tout jamais! Ma rage ne pourra jamais redescendre!!!

J’viens de l’incendie, et il coule encore dans mes veines

Comme si j’abritais un volcan, sa lave a brûlé tous mes rêves

Mon enfance, jetée dans les flammes, calcinée, en cendre

J’respire la poussière, j’ai mal, mon coeur est en sang

J’viens de l’incendie, regarde les brûlures de mon âme

Marquée au fer rouge, comment faire? ma mémoire me condamne

Des douleurs intérieures, lancinantes, impérissables

Me bouffent, jours et nuits, comment soigner l’inguérissable?!!

Adolescence à esquiver leurs barrages stressants

La rue… j’y dormais déjà à l’âge de 13 ans

Pistée par les flics, jours et nuits, la chasse est ouverte

Et quand la loi abuse de son pouvoir, cette pute est couverte!

Les étoiles restent les seuls témoins de mes confidences

L’enfant seule que personne ne console quand les conflits dansent

La faim, le froid, la fatigue et les coups

Un monde fait de mensonges, ça aide pas à faciliter l’écoute!

De force, ils ont voulu me mettre assise,

Me voler ma liberté, pour ça, ils m’ont coupé les ailes à la scie!

Brûler mes rêves à l’acide, que mon âme crève à l’asile,

Que leurs glaives s’installent ainsi, on reconnaît les traîtres à l’insigne,

Sauvée par la zik, car elle a payé ma rançon

Des mots pour panser mes plaies quand mon avenir était en sang

Leurs schémas ne sont qu’illusions que la Foi transcende

Au feu! ils testent des cachets sur les enfants de centres!!

J’viens de l’incendie, et il coule encore dans mes veines

Comme si j’abritais un volcan, sa lave a brûlé tous mes rêves

Mon enfance, jetée dans les flammes, calcinée, en cendre

J’respire la poussière, j’ai mal, mon coeur est en sang

J’viens de l’incendie, regarde les brûlures de mon âme

Marquée au fer rouge, comment faire? ma mémoire me condamne

Des douleurs intérieures, lancinantes, impérissables

Me bouffent, jours et nuits, comment soigner l’inguérissable?!!

Rebondir, après les coups du sort, est devenu machinal

La voie des hors-la-loi pour une gosse qu’on a rendu marginale

Jeune dévoyée, placée de Foyer en Foyer,.

Leur putain de machine veut me broyer, mais vas-y, lâche-moi, j’ai mal!

J’rentre pas dans ton moule, mon besoin de liberté est trop grand

«Dresser ces sauvages», ah bon?! alors j’emmerde ton slogan!

Retiens bien! tes ordres et ton système, je m’en tape!

Esquiver tes lois est devenu un vulgaire jeu mental!

Ma revanche! l’épée, j’la brandis avec Foi

Trop de carences dans l’coeur, mes plaies ont grandit avec moi!

C’est trop tard, pour que j’guerrisse, c’est trop tard, au point même

De ne plus pouvoir expliquer les douleurs qui me malmènent

Alors j’cours! mais mon passé me rattrape,

J’cours! malgré les boulets, mais ma mémoire veut m’abattre,

J’cours! sans cesse et sans répit, sachant pertinemment,

Que le poison est dans ma tête et qu’on ne peut semer son ombre!!

J’cours!

J’viens de l’incendie, et il coule encore dans mes veines

Comme si j’abritais un volcan, sa lave a brûlé tous mes rêves

Mon enfance, jetée dans les flammes, calcinée, en cendre

J’respire la poussière, j’ai mal, mon coeur est en sang

J’viens de l’incendie, regarde les brûlures de mon âme

Marquée au fer rouge, comment faire? ma mémoire me condamne

Des douleurs intérieures, lancinantes, impérissables

Me bouffent, jours et nuits, comment soigner l’inguérissable?!!

http://www.youtube.com/watch?v=vHkGOA365v0

 

Le missile suit sa lancée

Dis-leur que c’est l’heure que l’missile rentre dans la machine.

Ma rage. Sa maison mère, dis leur qu’ils ne pourront pas fliquer mon anarchie.

Dis-leur que j’suis trop à cran pour me formater, tu captes ?

Que j’suis pas une rappeuse mais une contastaire qui fait du rap

Dis-leur que ca vient du 13. M.A.R.S pour les villes en détresse

Anti-système. Les miens m’ont dit «ma soeur, mais dis-leur qu’on les crêves!»

Dis-leur que j’aurais le point levé jusqu’a ce qu’on vienne m’abattre

Que c’est l’heure de choisir son clan. La liberté d’expression en cavale

Dis-leur que j’en ai rien à péter des stars!

Marginale à la plume énervée. Stp ne m’met pas sur un pied d’estale

Anonyme dans la masse avec un haut-parleur

Dis-leur qu’on croit en la justice du ciel, et pas en la leur !

Dis-leur que j’suis pas de celles qui ne penses qu’a raller

J’essaye de filer de la force par la foi, pas facile avec un coeur balafré

Mon rap continue d’avancer sans une esquive

Le missile est lancé ca j’te l’ai annoncé dans une Esquisse

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés, le coeur des opprimés

Dis-leur que c’est l’heure, dis-leur qu’on nous a trop endoctrinés

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés qui ne veulent plues être passifs

Dis-leur que c’est l’heure. Dis-leur car mon rap connait sa cible

Dis-leur que mon rap est un appel à résister

Dis-leur que j’appartiens qu’à mes idées

Irrécupérable c’est plus que décidé

Dis-leur que j’me fous de leurs médailles et d’leurs galons

Que mon rap est ma came seulement si mon coeur est mon garrot

Dis-leur que c’est trop tard désamorcer l’engin

Qui vole au dessu de Babylone, representant la rage de soeurs et des frangins

La rage ! Tous les oubliés du monde

Tapant derrière les portes verrouillées, parfois l’envie de tout piller nous monte !

Dis-leur que l’thermometre à pété dans l’incendie

Elevés dans la violence du systèmen, dis-leur qu’on l’a bien sentie

Dis-leur que mon rap est ma revanche

J’envoie le missile dans la machine

Avec la folie de croire qui lui explosera dans le ventre!

Dis-leur que c’est ma seule raison de sauter dans le vide

Où que j’atterisse ca sera avec la rage du peuple dans le bide

Dis-leur que j’men vais flinguer les sentinelles

Apelle-moi la Marseillaise, plus révolutionnaire que ton chant sanguinaire!

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés, le coeur des opprimés

Dis-leur que c’est l’heure, dis-leur qu’on nous a trop endoctrinés

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés qui ne veulent plues être passifs

Dis-leur que c’est l’heure. Dis-leur car mon rap connait sa cible

Dis-leur que c’est sincère dès lors que ma plume s’exprime

Rage ancestrale dis-leur que le rap a perdu ses esprits

Dis-leur que c’est mes tripes que j’te sers avec du style

Que même signée en maison de disques, j’viens tirer sur ton industrie!

Dis-leur que j’oublie rien. Dis-leur que je reste sur ma rive

Heureuse de faire stresser les fils de chien qui insultent ma ville!

Dis-leur que si la vie me réserve la gloire j’ai pas trop hate

Laisse moi dans mon maquis car le moove hip hop c’est bien trop hype!

Dis-leur que j’avance la ou les traitres rechignent

Si t’es down fais tourner le son

Moi j’cherche le nombre et pas le chiffre!

http://www.youtube.com/watch?v=0HmkIqtgwfs

Αν – επίκαιρο

Posted in Επικαιρότητα, Music on 14 Δεκεμβρίου, 2008 by Le grand écrivain



Το Μεγάλο μας Τσίρκο



Μεγάλα νέα φέρνω από κει πάνω

περίμενε μια στάλα ν’ ανασάνω

και να σκεφτώ αν πρέπει να γελάσω,

να κλάψω, να φωνάξω, ή να σωπάσω.

Οι βασιλιάδες φύγανε και πάνε

και στο λιμάνι τώρα, κάτω στο γιαλό,

οι σύμμαχοι τους στέλνουν στο καλό.

Καθώς τα μαγειρέψαν και τα φτιάξαν

από ξαρχής το λάκκο τους εσκάψαν

κι από κοντά οι μεγάλοι μας προστάτες,

αγάλι-αγάλι εγίναν νεκροθάφτες

και ποιος πληρώνει πάλι τα σπασμένα

και πώς να ξαναρχίσω πάλι απ’ την αρχή

κι ας ήξερα τουλάχιστον γιατί.


Το ριζικό μου ακόμα τι μου γράφει

το μελετάνε τρεις μηχανορράφοι.

Θα μας το πουν γραφιάδες και παπάδες

με τούμπανα, παράτες και γιορτάδες.

Το σύνταγμα βαστούν χωροφυλάκοι

και στο παλάτι μέσα οι παλατιανοί

προσμένουν κάτι νέο να φανεί.

Στολίστηκαν οι ξένοι τραπεζίτες,

ξυρίστηκαν οι Έλληνες μεσίτες.

Εφτά ο τόκος πέντε το φτιασίδι,

σαράντα με το λάδι και το ξύδι

κι αυτός που πίστευε και καρτερούσε,

βουβός φαρμακωμένος στέκει και θωρεί

τη λευτεριά που βγαίνει στο σφυρί.


Λαέ μη σφίξεις άλλο το ζωνάρι,

μην έχεις πια την πείνα για καμάρι.

Οι αγώνες πούχεις κάνει δεν φελάνε

το αίμα το χυμένο αν δεν ξοφλάνε.

Λαέ μη σφίξεις άλλο το ζωνάρι,

η πείνα το καμάρι είναι του κιοτή,

του σκλάβου που του μέλλει να θαφτεί.




Μουσική: Σταύρος Ξαρχάκος, Στίχοι: Ιάκωβος Καμπανέλλης





http://www.youtube.com/watch?v=xQilRjOgAFo

Slam: Μουσική και Ποίηση

Posted in Music on 8 Νοεμβρίου, 2008 by Le grand écrivain



Grand Corps Malade


Je viens de là


On peut pas vraiment dire qu’on choisit son lieu de naissance

Ce que vont découvrir petit à petit les cinq sens

Moi, un jour mes parents ont posé leurs valises, alors voilà

Ce sont ces trottoirs qu’ont vu mes premiers pas



Je viens de là où les mecs traînent en bande pour tromper l’ennui

Je viens de là où, en bas, ça joue au foot au milieu de la nuit

Je viens de là où on fait attention à la marque de ses textiles

Et même si on les achète au marché, on plaisante pas avec le style



Je viens de là où le langage est en permanente évolution

Verlan, rebeu, argot, gros processus de création

Chez nous, les chercheurs, les linguistes viennent prendre des rendez-vous

On n’a pas tout le temps le même dictionnaire mais on a plus de mots que vous



Je viens de là où les jeunes ont tous une maîtrise de vannes

Un D.E.A. de chambrettes, une répartie jamais en panne

Intelligence de la rue, de la démerde ou du quotidien

Appelle ça comme tu veux mais pour nous carotter, tiens-toi bien

On jure sur la tête de sa mère à l’âge de neuf ans

On a l’insulte facile mais un vocabulaire innovant



Je viens de là où, dans les premières soirées, ça danse déjà le break

Je viens de là où nos premiers rendez-vous se passent autour d’un grec

Je viens de là où on aime le rap, cette musique qui transpire

Qui sent le vrai, qui transmet, qui témoigne, qui respire

Je viens de là où y a du gros son et pas mal de rimes amères

Je viens de là où ça choque personne qu’un groupe s’appelle «Nique Ta Mère»



{Refrain, x2}



Je viens de là et je kiffe ça, malgré tout ce qu’on en pense

A chacun son territoire, à chacun sa France

Si j’ rends hommage à ces lieux, à chaque expiration

C’est qu’ c’est ici qu’ j’ai puisé toute mon inspiration



Je viens de là où, dès douze ans, la tentation t’ fait des appels

Du business illicite et des magouilles à la pelle

Je viens de là où il est trop facile de prendre la mauvaise route

Et pour choisir son chemin, faut écarter pas mal de doutes



Je viens de là où la violence est une voisine bien familière

Un mec qui saigne dans la cour d’école, c’est une image hebdomadaire

Je viens de là où trop souvent un paquet de sales gamins

Trouvent leur argent de poche en arrachant des sacs à main



Je viens de là où on devient sportif, artiste, chanteur

Mais aussi avocat, fonctionnaire ou cadre supérieur

Surtout te trompe pas, j’ai encore plein de métiers sur ma liste

Évite les idées toutes faites et les clichés de journalistes



Je viens de là où on échange, je viens de là où on s’ mélange

Moi, c’est l’absence de bruits et d’odeurs qui me dérange

Je viens de là où l’arc-en-ciel n’a pas six couleurs mais dix-huit

Je viens de là où la France est un pays cosmopolite



Je viens de là où, plus qu’ailleurs, il existe une vraie énergie

J’ ressens vraiment c’ truc-là, c’est pas d’ la démagogie

On n’a pas le monopole du mérite ni le monopole de l’envie

Mais de là où je viens c’est certain, c’est une bonne école de la vie



Je viens de là où on est un peu méfiant et trop souvent parano

On croit souvent qu’on nous aime pas mais c’est p’t-être pas complètement faux

Il faut voir à la télé comment on parle de là où je viens

Si jamais j’ connaissais pas, j’y emmènerais même pas mon chien !



{au Refrain, x2}



Je viens de là où comme partout, quand on dort, on fait des rêves

Je viens de là où des gens naissent, des gens s’aiment, des gens crèvent

Tu vois bien, de là où je viens, c’est comme tout endroit sur Terre

C’est juste une p’tite région qu’a un sacré caractère



Je viens de là où on est fier de raconter d’où l’on vient

J’ sais pas pourquoi mais c’est comme ça, on est tous un peu chauvin

J’aurais pu vivre autre chose ailleurs, c’est tant pis ou c’est tant mieux

C’est ici que j’ai grandi et que je me suis construit…



Je viens de la banlieue


http://www.youtube.com/watch?v=sqmn2wol3as



Le blues de l’instituteur


Allez, entrez les enfants et arrêtez de vous chamailler

Avancez dans le calme, je sais que vous en êtes capables

Asseyez-vous tranquillement, chacun sa place, ça y est

Écoutez-moi mais, ce matin, n’ouvrez pas vos cartables



On va pas faire d’ grammaire, d’ géométrie et d’ conjugaison

On parlera pas d’ complément d’objet et encore moins d’ Pythagore

Ce matin, pas de contrôle et personne n’aura raison

Aujourd’hui, aucune note et personne n’aura tort



Les enfants, écoutez-moi, je crois que je ne vais pas bien

J’ai mal quand je vois le monde et les hommes me font peur

Les enfants, expliquez-moi, moi, je ne comprends plus rien

Pourquoi tant d’injustices, de souffrances et de malheurs ?



Hier soir, une fois d’ trop, j’ai allumé la télévision

Sur les coups de vingt heures, c’était les informations

Et, tout à coup, dans la pièce s’est produit comme une invasion

De pleurs et de douleurs, c’était pire qu’une agression



Hier soir, l’actualité comptait beaucoup plus de morts

Que de cheveux sur le crâne de Patrick Poivre d’Arvor

Et c’est comme ça tous les jours, un peu partout sur Terre

J’ crois qu’y fait pas bon vivre au troisième millénaire



Comme aux pires heures de l’Histoire, des hommes se font la guerre

Des soldats s’entretuent sans même savoir pourquoi

S’ils s’étaient mieux connus, ils pourraient être frères

Mais leurs présidents se sentaient les plus forts, c’est comme ça



Et puis, il y a toutes ces religions qui prônent chacune l’amour

Et qui fabriquent de la haine, des assassins, des terroristes

Pour telle ou telle croyance, des innocents meurent chaque jour

Tout ça au nom de Dieu, on sait même pas s’il existe !



Les enfants, désolé, on vous laisse l’humain en sale état

II faut que vous le sachiez, alors, aujourd’hui, j’essaie.

Les certitudes des grandes personnes provoquent parfois des dégâts

En fait, l’adulte est un grand enfant qui croit qu’il sait



J’ai mal au ventre, les enfants, quand j’ vois l’argent mis dans les armes,

Dans les fusées, les sous-marins et dans les porte-avions

Pendant que des peuples entiers manquent d’eau

Comme nos yeux manquent de larmes

Et voient leurs fils et leurs filles mourir de malnutrition

Apparemment, la nature elle-même a du mal à s’ nourrir

Les hommes ont pollué l’air et même pourri la pluie

Quand y aura plus d’eau nulle part, faudra garder l’ sourire

Et même l’odeur des forêts sera tombée dans l’oubli



Les enfants, vous savez ce que c’est des ressources naturelles ?

Si vous savez pas, c’est pas grave, de toute façon, y en a presque plus

Les mots «humain» et «gaspillage» sont des synonymes éternels

L’écologie à l’école s’rait pas une matière superflue



Les enfants, désolé, on vous laisse la Terre en sale état

Et bientôt, sur notre planète, on va s’ sentir à l’étroit

Gardez vos doutes, vous seuls pourrez nous sortir de là

L’enfant est un petit adulte qui sait qu’il croit



Ben alors, les enfants, vous êtes bien sages tout à coup !

J’ai un peu cassé l’ambiance mais j’ voulais pas vous faire peur

C’ que j’ veux vous faire comprendre, c’est que je compte sur vous

Ne suivez pas notre exemple et promettez-moi un monde meilleur



Allez les enfants, c’est d’jà l’heure d’ la récréation

Allez courir dans la cour, défoulez-vous, profitez-en

Criez même si vous le voulez, vous avez ma permission

Mais surtout couvrez-vous bien, dehors, il y a du vent


http://www.youtube.com/watch?v=i1bL9yIdAOw&feature=related


Rétroviseur


J’ai le souvenir tenace et la mémoire tonique

De ces temps pas si lointains de cette époque magique

J’ sais pas si c’est normal, on peut trouver ça tragique

Mais putain ! J’ai pas trente ans et j’ suis déjà nostalgique



Nostalgique de cette enfance, un môme casse-cou pas trop casse-couilles

Nostalgique de cette innocence, un début de vie sans grosses embrouilles

A l’école, j’avais d’ bonnes notes mais on peut pas dire qu’ j’étais très sage

Insolent avec les profs, le corps enseignant avait la rage

C’est vrai que je devais être relou, mon attention était réduite

Et j’osais pas rentrer chez moi, les jours d’avertissement de conduite

Avec mes potes on s’ cachait dans les chiottes pour raper sur un magnéto

On faisait un beat en tapant sur les portes, on était vraiment des mytho



A la cantine, c’était pas un r’pas, c’était carrément un carnage

Ça gueulait, ça s’insultait et on s’battait à coup de fromages

Putain ! J’envie cette vie ravie que je revis de temps en temps

Quand je me laisse aller et que je mate dans le rétroviseur du temps

Et ça y est, je me revois déjà dans le bus qui part en colo

Avec tous mes pain-co, avec des petites gos et mon gros sac à dos

J’ sais pas comment on a fait pour passer tant de temps à rire

Y a peut-être aussi qu’à cette époque, c’est vrai, je pouvais courir



Mais t’inquiète, je suis pas là pour pleurer, juste revivre avec vous

La joie des premières ré-soi, l’émotion des premiers rendez-vous

Tiens, d’ailleurs, ça me rappelle cette meuf, j’crois qu’elle s’appelait Gaëlle

C’était en rentrant d’une teuf, je lui dois mon premier roulage de pelle

Je revois aussi ces parties de foot où on jouait pendant des heures

On rentrait chez nous que quand il faisait nuit et ça, j’te jure, c’était le bonheur

C’était les années où, dans mon walkman, y avait tout le temps Authentik

Premier album des NTM dont j’étais vraiment fanatique



C’est vrai que j’ai le souvenir tenace et la mémoire tonique

De ces temps pas si lointains, de cette époque magique

J’sais pas si c’est normal, on peut trouver ça tragique

Mais putain ! J’ai pas trente ans et j’ suis déjà nostalgique



Nostalgique de cette adolescence, des années consacrées au sport

Nostalgique de cette ambiance, plus on est de fous, plus on est forts

Avec mon équipe de basket, on allait monter en Nationale

Mais on a perdu le titre lors d’une énième bagarre générale

Jordan était notre idole, notre modèle, notre moteur

Et on travaillait notre détente pour défier les lois de la pesanteur

C’est génial, ces p’tits détails auxquels je repense avec envie

Ces p’tits bouts d’innocence qui me sourient dans l’ rétroviseur d’ la vie



C’est vrai qu’ j’étais sportif et, plein de fois, j’ai prouvé ma valeur

Car je me suis jamais fait serrer quand je me f’sais courser par les contrôleurs

À cette époque, j’ passais la moitié d’ ma vie dans les transports

Et les jours de grève, croyez-moi, ça aussi, c’était du sport !

J’étais pas trop bagarreur sauf quand j’ savais que j’allais gagner

Contre un p’tit vieux ou une p’tite sœur, peu de chances de me faire aligner

La belle époque des petites magouilles et des crises de rire toute la journée

J’ai des souvenirs par packs de douze, construits au fil des années



C’est un truc de fou, toutes ces images qui reviennent en force

Et qui font qu’ tu n’y peux rien, ton cœur se serre au fond de ton torse

Y a des trucs qui m’ manquent, que j’ retrouverai pas, c’est sûr

Car on ne les vit que quand on est inconscient, innocent et pur

Et y a des moments un peu sombres, des journées sans lumière

Où je me dis que le meilleur est peut-être déjà derrière

Pourtant je suis bien dans mes pompes et j’ai confiance en l’avenir

Mais y a quelque chose que je dois avouer, que j’ suis obligé de vous dire



C’est que j’ai le souvenir tenace et la mémoire tonique

De ces temps pas si lointains de cette époque magique

J’sais pas si c’est normal, on peut trouver ça tragique

Mais putain ! J’ai pas trente ans et j’ suis déjà nostalgique


http://www.youtube.com/watch?v=E5_3pULrU9I


Enfant de la ville


J’avoue que c’est bon de se barrer à la mer ou à la campagne

Quand tu ressens ce besoin, quand ton envie de verdure t’accompagne

Nouvelles couleurs, nouvelles odeurs, ça rend les sens euphoriques

Respirer un air meilleur ça change de mon bout de périphérique

Est-ce que t’as déjà bien écouté le bruit du vent dans la forêt

Est-ce que t’as déjà marché pieds nus dans l’herbe haute, je voudrais

Surtout pas représenter l’écolo relou à 4 centimes

Mais la nature nourrit l’homme et rien que pour ça faut qu’on l’estime

Donc la nature je la respecte, c’est peut-être pour ça que j’écris en vers

Mais c’est tout sauf mon ambiance, j’appartiens à un autre univers

Si la campagne est côté face, je suis un produit du côté pile

Là où les apparts s’empilent, je suis enfant de la ville

Je sens le cœur de la ville qui cogne dans ma poitrine

J’entends les sirènes qui résonnent mais est-ce vraiment un crime

D’aimer le murmure de la rue et l’odeur de l’essence

J’ai besoin de cette atmosphère pour développer mes sens



{Refrain:}

Je suis un enfant de la ville, je suis un enfant du bruit

J’aime la foule quand ça grouille, j’aime les rires et les cris

J’écris mon envie de croiser du mouvement et des visages

Je veux que ça claque et que ça sonne, je ne veux pas que des vies sages



Je trempe ma plume dans l’asphalte, il est peut-être pas trop tard

Pour voir un brin de poésie même sur nos bouts de trottoirs

Le bitume est un shaker où tous les passants se mélangent

Je ressens ça à chaque heure et jusqu’au bout de mes phalanges

Je dis pas que le béton c’est beau, je dis que le béton c’est brut

Ca sent le vrai, l’authentique, peut-être que c’est ça le truc

Quand on le regarde dans les yeux, on voit bien que s’y reflètent nos vies

Et on comprend que slam et hip-hop ne pouvaient naître qu’ici

Difficile de traduire ce caractère d’urgence

Qui se dégage et qu’on vit comme une accoutumance

Besoin de cette agitation qui nous est bien familière

Je t’offre une invitation pour cette grande fourmilière

J’suis allé à New York, je me suis senti dans mon bain

Ce carrefour des cultures est un dictionnaire urbain

J’ai l’amour de ce désordre et je ris quand les gens se ruent

Comme à l’angle de Broadway et de la 42ème rue



{Refrain:}

Je suis un enfant de la ville, je suis un enfant du bruit

J’aime la foule quand ça grouille, j’aime les rires et les cris

J’écris mon envie de croiser du mouvement et des visages

Je veux que ça claque et que ça sonne, je ne veux pas que des vies sages



Je me sens chez moi à Saint-Denis, quand y’a plein de monde sur les quais

Je me sens chez moi à Belleville ou dans le métro New-yorkais

Pourtant j’ai bien conscience qu’il faut être sacrément taré

Pour aimer dormir coincé dans 35 mètres carrés

Mais j’ai des explications, y’a tout mon passé dans ce bordel

Et face à cette folie, j’embarque mon futur à bord d’elle

A bord de cette pagaille qui m’égaye depuis toujours

C’est beau une ville la nuit, c’est chaud une ville le jour

Moi dans toute cette cohue je promène ma nonchalance

Je me ballade au ralenti et je souris à la chance

D’être ce que je suis, d’être serein, d’éviter les coups de surin

D’être sur un ou deux bons coups pour que demain sente pas le purin

Je suis un enfant de la ville donc un fruit de mon époque

Je vois des styles qui défilent, enfants du melting-pot

Je suis un enfant tranquille avec les poches pleines d’espoir

Je suis un enfant de la ville, ce n’est que le début de l’histoire


http://www.youtube.com/watch?v=Bg4HA4JKN3M

Jesus Christ Superstar

Posted in Cult, Music on 30 Οκτωβρίου, 2008 by Le grand écrivain



Heaven on their minds (Judas)



My mind is clearer now

At last

All too well

I can see

Where we all

Soon will be

If you strip away

The myth

From the man

You will see

Where we all

Soon will be

Jesus! You’ve started to believe

The things they say of you

You really do believe

This talk of God is true

And all the good you’ve done

Will soon be swept away

You’ve begun to matter more

Than the things you say

Listen Jesus

I don’t like what I see

All I ask is that you listen to me

And remember

I’ve been your right hand man all along

You have set them all on fire

They think they’ve found the new Messiah

And they’ll hurt you when they find they’re wrong

I remember when this whole thing began

No talk of God then, we called you a man

And believe me

My admiration for you hasn’t died

But every word you say today

Gets twisted ’round some other way

And they’ll hurt you if they think you’ve lied

Nazareth’s most famous son

Should have stayed a great unknown

Like his father carving wood

He’d have made good

Tables, chairs and oaken chests

Would have suited Jesus best

He’d have caused nobody harm

No one alarm

Listen Jesus, do you care for your race?

Don’t you see we must keep in our place?

We are occupied

Have you forgotten how put down we are?

I am frightened by the crowd

For we are getting much too loud

And they’ll crush us if we go too far

If we go too far

Listen Jesus to the warning I give

Please remember that I want us to live

But it’s sad to see our chances weakening with ev’ry hour

All your followers are blind

Too much heaven on their minds

It was beautiful, but now it’s sour

Yes it’s all gone sour

Ah — ah ah ah — ah

God Jesus, it’s all gone sour

Listen Jesus to the warning I give

Please remember that I want us to live

So come on, come on, listen to me.

Ah — ah

Come on, listen, listen to me.

Come on and listen to me.

Ah — ah


http://www.youtube.com/watch?v=ytNoiQ8LkS8


I Only Want To Say (Gethsemane) (Jesus)



I only want to say

If there is a way

Take this cup away from me

For I don’t want to taste its poison

Feel it burn me,

I have changed I’m not as sure

As when we started

Then I was inspired

Now I’m sad and tired

Listen surely I’ve exceeded

Expectations

Tried for three years

Seems like thirty

Could you ask as much

From any other man?

But if I die

See the saga through

And do the things you ask of me

Let them hate me, hit me, hurt me

Nail me to their tree

I’d want to know

I’d want to know my God

I’d want to know

I’d want to know my God

I’d want to see

I’d want to see my God

I’d want to see

I’d want to see my God

Why I should die

Would I be more noticed

Than I ever was before?

Would the things I’ve said and done

Matter any more?

I’d have to know

I’d have to know my Lord

I’d have to know

I’d have to know my Lord

I’d have to see

I’d have to see my Lord

I’d have to see

I’d have to see my Lord

If I die what will be my reward?

If I die what will be my reward?

I’d have to know

I’d have to know my Lord

I’d have to know

I’d have to know my Lord

Why, why should I die?

Oh, why should I die?

Can you show me now

That I would not be killed in vain?

Show me just a little

Of your omnipresent brain

Show me there’s a reason

For your wanting me to die

You’re far too keen on where and how

But not so hot on why

Alright I’ll die!

Just watch me die!

See how, see how I die!

Oh, just watch me die!

Then I was inspired

Now I’m sad and tired

After all I’ve tried for three years

Seems like ninety

Why then am I scared

To finish what I started

What you started

I didn’t start it

God thy will is hard

But you hold every card

I will drink your cup of poison

Nail me to your cross and break me

Bleed me, beat me

Kill me, take me now

Before I change my mind

http://www.youtube.com/watch?v=rDHoTOgeNWE


BARIŞ MANÇO

Posted in Cult, Music on 29 Μαΐου, 2008 by Le grand écrivain


Είπα να γιορτάσω την 29η Μαίου με τούρκικη ψυχεδέλεια.

Απολαύστε τον μεγάλο

BARIŞ MANÇO

http://uk.youtube.com/watch?v=MGDmOb1E47s


Και γιατί όχι και με Cem Karaca
http://uk.youtube.com/watch?v=QVdq7mH4-g0

Και γιατί όχι και με Selcuk Alagöz

http://uk.youtube.com/watch?v=kFwtyt2ylNA