KenY ArkanA

KENY ARKANA

la rage


Ok, on a la rage mais c’est pas celle qui fait baver,
Demande à Fabe, la vie claque comme une semelle sur les pavés
La rage de voir nos buts entravés, de vivre en travers,
la rage gravée depuis bien loin en arrière
La rage d’avoir grandi trop vite quand des adultes volent ton enfance.
PARS !! Imagine un mur et abolis la rage !
Car impossible est cette paix tant voulue,
La rage de voir autant de CRS armés dans nos rues.
La rage de voir ce putain de monde s’autodétruire
Et que ce soit toujours des innocents au centre des tirs,
La rage car c’est l’homme qui a créé chaque mur,
Se barricader de béton, aurait-il peur de la nature ?
La rage car il a oublié qu’il en faisait parti,
désharmonie profonde, mais dans quel monde la Colombe est partie ?
La rage d’être autant balafré par les putains de normes,
Et puis la rage, ouais la rage d’avoir la rage depuis qu’on est môme.

(Refrain )
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive,
La rage d’aller jusqu’au bout et là où veut bien nous mener la vie,
Parce qu’on a la rage, on pourra plus s’taire ni s’asseoir dorénavant on s’tiendra prêt parce qu’on a la rage, le coeur et la foi !
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive,
La rage d’aller jusqu’au bout au delà où veut bien nous mener la vie,
Parce qu’on a la rage, rien ne pourra plus nous arrêter, insoumis, sage, marginal, humaniste ou révolté !

La rage parce qu’on choisit rien et qu’on subit tout le temps
Et vu que leurs chances sont bancales et bien tout équilibre fout le camp
La rage car l’irréparable s’entasse depuis un bout de temps
La rage car qu’est ce qu’on attend pour s’mettre debout et foutre le boucan La rage c’est tout ce qu’ils nous laissent, t’façon tout ce qui nous reste,
La rage, combien des notres finiront par retourner leur veste !
La rage de vivre et de vivre l’instant présent, De choisir son futur libre et sans leurs grilles d’oppressants !
La rage, car c’est la merde et que ce monde y adhère, Et parce que tout leurs champs OGM stérilisent la Terre !
La rage pour qu’un jour l’engrenage soit brisé
Et la rage car trop lisent « Vérité » sur leur écran télévisé.
La rage car ce monde ne nous correspond pas, Nous nourrissent de faux rêves pour placer leur rempart La rage car ce monde ne nous correspond pas, Où Babylone s’engraisse pendant qu’on crève en bas !!

(Refrain)

La rage d’y croire et de faire en sorte que ça bouge, La rage d’un Chirac, d’un Sharon, d’un Tony Blair ou d’un Bush !
La rage car ce monde voit rouge mais de grisaille entouré Parce qu’ils n’entendent jamais les cris lorsque le sang coule
La rage car c’est le pire que nous frôlons,
La rage car l’Occident n’a toujours pas hôté sa tenue de colons !
La rage car le mal tape sans cesse trop
Et que ne sont plus mis au goût du jour tant de grands savoirs ancestraux
La rage, trop de mensonges et de secrets gardés les luttes de nos Etats, riche de vérité, pouvoir changer l’humanité La rage car ils ne veulent pas que ça change,hein Préférant garder leur pouvoir et nous manipuler comme leurs engins.
La rage car on croit aux anges et qu’on a choisit de marcher avec eux
La rage parce que mes propos dérangent
Vois aux quatre coins du globe, la rage du peuple en ébullition
La rage, ouais la rage ou l’essence de la révolution !

(Refrain x2)

Anticapitalistes, alter-mondialistes, ou toi qui cherche la vérité sur ce monde, la résistance de demain
(…in cha allah…) à la veille d’une révolution. Mondiale et spirituelle, la rage du peuple, la rabia del pueblo, parce qu’on a la rage, celle qui fera trembler tes normes. (…Parce qu’on a la rage…)
La rage a pris la populasse et la rage est énorme

 

J’viens de l’incendie

J’viens de l’incendie, donc excuse la tête brûlée

Rimes vagabondes en guise de calmant ou de remède, en clair, du vrai

Du poison dans la tête, une enfance dans l’errance

Libre dans la Marge, trop sauvage, pour rentrer dans les rangs

Fugues incessantes, foyets et centres de merde

Familles d’accueil, HP, mon stylo en tremble de nerfs

L’enfant part en guerre, la même que les parents craignent

Qu’on considère comme une merde, lorsqu’on la place en quarantaine!

Qu’on appelle cas social, mais on est plein, donc on est plus des cas

Bande de cons! on est plein, vous savez quoi, même? on craint plus dégun!!

Et ça missionne, dur comme la rage que mon crâne isole

Pour oublier qu’à 15 ans ils m’ont fait subir la camisole!

Quand le système veut ta peau, ok la guerre sonne!

Facile de piétiner ces mômes qui n’appartiennent à personne

Qu’on assomme à coup de cachets, pour avoir la paix

J’peux pas zapper! tu voulais qu’on la ferme?! moi, j’ai choisi de rapper!

J’oublie pas, qu’ils m’ont tout pris…

Qu’à 14 ans pour des fugues, j’ai vu ma mort derrière les murs de l’oubli

Cellule blindée, délabrée, si tu résistes t’as une piqûre dans l’baba

Là où les promenades n’existent pas…

Voudraient me voir caner, plus jamais on pourra m’calmer!

Rescapée de l’incendie avec cette sale envie de tout cramer!

Car ils ont fait de ma vie des cendres…

Marquée à tout jamais! Ma rage ne pourra jamais redescendre!!!

J’viens de l’incendie, et il coule encore dans mes veines

Comme si j’abritais un volcan, sa lave a brûlé tous mes rêves

Mon enfance, jetée dans les flammes, calcinée, en cendre

J’respire la poussière, j’ai mal, mon coeur est en sang

J’viens de l’incendie, regarde les brûlures de mon âme

Marquée au fer rouge, comment faire? ma mémoire me condamne

Des douleurs intérieures, lancinantes, impérissables

Me bouffent, jours et nuits, comment soigner l’inguérissable?!!

Adolescence à esquiver leurs barrages stressants

La rue… j’y dormais déjà à l’âge de 13 ans

Pistée par les flics, jours et nuits, la chasse est ouverte

Et quand la loi abuse de son pouvoir, cette pute est couverte!

Les étoiles restent les seuls témoins de mes confidences

L’enfant seule que personne ne console quand les conflits dansent

La faim, le froid, la fatigue et les coups

Un monde fait de mensonges, ça aide pas à faciliter l’écoute!

De force, ils ont voulu me mettre assise,

Me voler ma liberté, pour ça, ils m’ont coupé les ailes à la scie!

Brûler mes rêves à l’acide, que mon âme crève à l’asile,

Que leurs glaives s’installent ainsi, on reconnaît les traîtres à l’insigne,

Sauvée par la zik, car elle a payé ma rançon

Des mots pour panser mes plaies quand mon avenir était en sang

Leurs schémas ne sont qu’illusions que la Foi transcende

Au feu! ils testent des cachets sur les enfants de centres!!

J’viens de l’incendie, et il coule encore dans mes veines

Comme si j’abritais un volcan, sa lave a brûlé tous mes rêves

Mon enfance, jetée dans les flammes, calcinée, en cendre

J’respire la poussière, j’ai mal, mon coeur est en sang

J’viens de l’incendie, regarde les brûlures de mon âme

Marquée au fer rouge, comment faire? ma mémoire me condamne

Des douleurs intérieures, lancinantes, impérissables

Me bouffent, jours et nuits, comment soigner l’inguérissable?!!

Rebondir, après les coups du sort, est devenu machinal

La voie des hors-la-loi pour une gosse qu’on a rendu marginale

Jeune dévoyée, placée de Foyer en Foyer,.

Leur putain de machine veut me broyer, mais vas-y, lâche-moi, j’ai mal!

J’rentre pas dans ton moule, mon besoin de liberté est trop grand

«Dresser ces sauvages», ah bon?! alors j’emmerde ton slogan!

Retiens bien! tes ordres et ton système, je m’en tape!

Esquiver tes lois est devenu un vulgaire jeu mental!

Ma revanche! l’épée, j’la brandis avec Foi

Trop de carences dans l’coeur, mes plaies ont grandit avec moi!

C’est trop tard, pour que j’guerrisse, c’est trop tard, au point même

De ne plus pouvoir expliquer les douleurs qui me malmènent

Alors j’cours! mais mon passé me rattrape,

J’cours! malgré les boulets, mais ma mémoire veut m’abattre,

J’cours! sans cesse et sans répit, sachant pertinemment,

Que le poison est dans ma tête et qu’on ne peut semer son ombre!!

J’cours!

J’viens de l’incendie, et il coule encore dans mes veines

Comme si j’abritais un volcan, sa lave a brûlé tous mes rêves

Mon enfance, jetée dans les flammes, calcinée, en cendre

J’respire la poussière, j’ai mal, mon coeur est en sang

J’viens de l’incendie, regarde les brûlures de mon âme

Marquée au fer rouge, comment faire? ma mémoire me condamne

Des douleurs intérieures, lancinantes, impérissables

Me bouffent, jours et nuits, comment soigner l’inguérissable?!!

http://www.youtube.com/watch?v=vHkGOA365v0

 

Le missile suit sa lancée

Dis-leur que c’est l’heure que l’missile rentre dans la machine.

Ma rage. Sa maison mère, dis leur qu’ils ne pourront pas fliquer mon anarchie.

Dis-leur que j’suis trop à cran pour me formater, tu captes ?

Que j’suis pas une rappeuse mais une contastaire qui fait du rap

Dis-leur que ca vient du 13. M.A.R.S pour les villes en détresse

Anti-système. Les miens m’ont dit «ma soeur, mais dis-leur qu’on les crêves!»

Dis-leur que j’aurais le point levé jusqu’a ce qu’on vienne m’abattre

Que c’est l’heure de choisir son clan. La liberté d’expression en cavale

Dis-leur que j’en ai rien à péter des stars!

Marginale à la plume énervée. Stp ne m’met pas sur un pied d’estale

Anonyme dans la masse avec un haut-parleur

Dis-leur qu’on croit en la justice du ciel, et pas en la leur !

Dis-leur que j’suis pas de celles qui ne penses qu’a raller

J’essaye de filer de la force par la foi, pas facile avec un coeur balafré

Mon rap continue d’avancer sans une esquive

Le missile est lancé ca j’te l’ai annoncé dans une Esquisse

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés, le coeur des opprimés

Dis-leur que c’est l’heure, dis-leur qu’on nous a trop endoctrinés

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés qui ne veulent plues être passifs

Dis-leur que c’est l’heure. Dis-leur car mon rap connait sa cible

Dis-leur que mon rap est un appel à résister

Dis-leur que j’appartiens qu’à mes idées

Irrécupérable c’est plus que décidé

Dis-leur que j’me fous de leurs médailles et d’leurs galons

Que mon rap est ma came seulement si mon coeur est mon garrot

Dis-leur que c’est trop tard désamorcer l’engin

Qui vole au dessu de Babylone, representant la rage de soeurs et des frangins

La rage ! Tous les oubliés du monde

Tapant derrière les portes verrouillées, parfois l’envie de tout piller nous monte !

Dis-leur que l’thermometre à pété dans l’incendie

Elevés dans la violence du systèmen, dis-leur qu’on l’a bien sentie

Dis-leur que mon rap est ma revanche

J’envoie le missile dans la machine

Avec la folie de croire qui lui explosera dans le ventre!

Dis-leur que c’est ma seule raison de sauter dans le vide

Où que j’atterisse ca sera avec la rage du peuple dans le bide

Dis-leur que j’men vais flinguer les sentinelles

Apelle-moi la Marseillaise, plus révolutionnaire que ton chant sanguinaire!

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés, le coeur des opprimés

Dis-leur que c’est l’heure, dis-leur qu’on nous a trop endoctrinés

Dis-leur que le missile s’aprête à rentrer dans la matrice

Insurgés car leurs normes sont condanatrices

Dis-leur que c’est le chant des oubliés qui ne veulent plues être passifs

Dis-leur que c’est l’heure. Dis-leur car mon rap connait sa cible

Dis-leur que c’est sincère dès lors que ma plume s’exprime

Rage ancestrale dis-leur que le rap a perdu ses esprits

Dis-leur que c’est mes tripes que j’te sers avec du style

Que même signée en maison de disques, j’viens tirer sur ton industrie!

Dis-leur que j’oublie rien. Dis-leur que je reste sur ma rive

Heureuse de faire stresser les fils de chien qui insultent ma ville!

Dis-leur que si la vie me réserve la gloire j’ai pas trop hate

Laisse moi dans mon maquis car le moove hip hop c’est bien trop hype!

Dis-leur que j’avance la ou les traitres rechignent

Si t’es down fais tourner le son

Moi j’cherche le nombre et pas le chiffre!

http://www.youtube.com/watch?v=0HmkIqtgwfs

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s

Αρέσει σε %d bloggers: